PHM Inde: Manifestation pour promouvoir la santé et les soins de santé

Date: 
20 May 2014


 
Jan Swasthya Abhiyan (PHM Inde)


 Santé pour tous – Maintenant                                 La santé est un droit humain fondamental

_______________________________________________________________________

Actuellement partout en Inde, les personnes continuent à souffrir  et à mourir inutilement en raison de l'accès très limité aux logements et aux soins de santé et en raison d'une série de déterminants sociaux  et économiques qui entraînent la mauvaise santé et la maladie. Approximativement 1.83 million d'enfants de moins de 5 ans meurent en Inde. C'est le nombre le plus élevé partout dans le monde. Un tiers de tous les enfants mal nourris vivent en Inde.

 

Les frais des soins de  santé est la principale cause de la pauvreté. Une enquête récente de l'organisation nationale “NSSO” dans sur de la morbidité et sur la santé estime qu'environ 63.22 millions d'individus ou 11.88 millions de ménages sont tombés en dessous du seuil de pauvreté  en raison des frais de soins de santé. Paradoxalement, cela se produit à un moment où l'Inde a les ressources, les connaissances, les aptitudes à effectuer un réel changement.

 

Dans ce contexte,  Jan Swasthya Abhiyan propose ci-dessous une série de propositions politiques claires.  Nous souhaitons que tous les partis politiques s'engagent dans ces propositions et si ils sont élus, de les exécuter. Nous sommes confiants que ces mesures  seront considérées comme extrêmement populaires parmi les gens ordinaires, et que  les partis qui publiquement s'engageront d'effectuer ces mesures recevront largement  l'appui du public.

 

Manifestation pour promouvoir la santé et les soins de santé

 

Le droit à la santé est un droit fondamental et universel à tous les citoyens, et il doit être respecté et réalisé dans les délais prévus. Le droit à la santé doit être également inclus dans les déterminants fondamentaux de la santé comme l'eau potable et l'hygiène, l'alimentation et la nutrition appropriée, l'habitation et les conditions de  vie  stables. Au delà de toutes les inégalités sociales – liées  aux inégalités de genre, de caste, de classe et autres – qui ont un profond impact sur la santé des plus pauvres et des plus marginalisés.

 

En même temps le droit à des soins de santé complets et de qualité est une part importante du droit à la santé. Afin d'assurer la réalisation de ce droit, le système de santé public doit être bien mieux équipé, plus étendu, et mieux contrôler  de façon à ce qu'il puisse  fournir des soins de santé gratuits,  complets, de bonne qualité et accessibles  à tous. L'augmentation de l'exploitation  et de la commercialisation du secteur médical privé est la cause majeure de nos inquiétudes et des mesures  urgentes sont nécessaires afin de renverser la tendance et de réglementer strictement les coûts, la qualité et les normes éthiques des services que le secteur privé fournit.

 

Les propositions concrètes suivantes visent à renverser la tendance actuelle –  totalement inacceptable – de la situation dans le secteur de la santé, et d'assurer des conditions de vie et des services de soins de santé qui promeuvent la santé dans toute ses dimensions.

 

1.      Agir sur les déterminants sociaux de la Santé: celle-ci pourrait inclure la promotion de la sécurité alimentaire  par l'universalisation et l'expansion du système public de distribution (et également fournir des céréales locales, des légumineuses et de l'huile); une politique nationale sur la santé de l'enfant et son l'alimentation et l'universalisation de l'ICDS avec l'élargissement du staff et des services pour couvrir les enfants de moins  de 3 ans; assurer la disponibilité universelle de l'eau potable  dans chaque village et chaque habitation; et l'accès universel  à des toilettes hygiéniques sûres dans toutes les habitations.

 

2.      Aborder la question de la dimension de genre de la Santé : garantir des services de santé complets, accessibles et de qualité pour toutes les femmes et aux personnes transgenres, pour tous leurs besoins de santé qui incluent mais ne se limitent pas aux soins maternels. Abolir les lois coercitives, les politiques et les pratiques qui violent la reproduction, la sexualité et les droits démocratiques de la femme ; et règlementer l'utilisation des techniques invasives de reproduction. Reconnaître les violences à caractère sexiste comme une question de santé publique et assurer l'accès à des soins de santé complets (physiques aussi bien que psychosociaux), dépistage, documentation, références, ainsi que la coordination de procédures médico-légales éthiques pour les rescapés. Garantir des soins de santé complets et de qualité accessibles et respectueux des  adolescents, incluant les besoins liés à leur sexualité et à leur reproduction.

 

3.      Supprimer immédiatement les discriminations liées aux castes: Agir immédiatement pour supprimer complètement toute forme de caste liée sur la  discrimination  qui est un des plus important  déterminant social  de la maladie. L'interdiction immédiate de la récupération manuelle des déchets. Dans le secteur des soins de santé, la prise de mesures spéciales afin de promouvoir l'accès prioritaire aux sections de la société victime de discriminations.

 

4.      Promulguer une loi sur la Santé: qui assure l'accès universel à des soins de santé complets et de bonne qualité pour tous les services primaires, secondaires et tertiaires, qui rend justiciable tout refus pour raison d'accès ou d'accessibilité financière.

 

5.      Augmenter les dépenses publiques pour la Santé: jusqu'à 3,6% du PIB annuel (Rs 3000/- per capita aux taux actuels) avec une contribution du gouvernement central d'au moins 1% du PIB (Rs 1000/- per capita). Toutes les dépenses publiques de santé doivent être financées par l'impôt. Les dépenses publiques de santé doivent augmenter jusqu'à 5% du PIB à moyen terme.

 

6.      Assurer la qualité et la disponibilité des soins de Santé: La qualité des soins de santé  doit être assurée dans tous les services de santé qui signifieraient des soins de santé effectifs, sûrs et ne relevant pas de l'exploitation, fournis avec dignité et respect pour les droits des patients, conduisant à la satisfaction et au confort des patients. Des normes de qualité et de standardisation ne signifient pas se conformer aux infrastructures et autres standards qui favorisent les grands hôpitaux, ou pire le tourisme médical, qui rendent impossible de fournir des soins efficaces à faibles coûts. Tout service public de soins de santé devrait garantir à leur niveau les services de santé appropriés. Les services de santé publics devraient être entièrement gratuits et les frais de tous les niveaux des services devraient être payés directement par les services sanitaires publics et non par le partenariat public-privé. (PPPs)

 

7.      Arrêt de la privatisation active et passive des services de soins de Santé: des mesures nécessaires  pour arrêter activement la privatisation sous forme de transfert de ressources publiques ou des biens à des entités privées qui fournissent des services sur base commerciale. Des mesures pour arrêter la privatisation passive en augmentant les investissements dans les établissements publics de santé, en augmentant le nombre de lits et d'établissements  du secteur public, et en élargissant les services disponibles  dans les établissements publics. Les établissements publics doivent fournir des services de santé  complets, non limités seulement aux soins de santé liés à la reproduction, à l'immunisation et aux soins de quelques maladies d'importance nationale.

 

8.      La formation des travailleurs de la Santé: Augmenter les investissements dans l'éducation et la formation de tout le personnel des soins de santé. Assurer que le gouvernement organisent les formations pour  tous les travailleurs de la santé, infirmières et médecins dans les régions où c'est le plus nécessaire. Les formations doivent être orientées afin de permettre d'adapter  les compétences  aux besoins de santé des communautés locales. La tendance à la commercialisation  d'une formation plus approfondie en médecine et sciences de la santé doit être supprimée, parallèlement aux renforcements des mécanismes de règlementation de manière transparente des institutions privées existantes. Le fonctionnement du conseil de médecine et du conseil infirmier  en Inde doivent être complètement examinés et modifiés afin d'éliminer  la corruption endémique et les pratiques non éthiques de ces institutions.

 

9.      Bien gouverner, les travailleurs de la santé publique adéquats: créer des postes pour tous les niveaux du personnel de la santé dans le système public de santé. Régulariser les employés contractuels et fournir l'ASHAs, l'ANMs et toutes les personnes du staff du système public de santé les compétences, les salaires et des conditions décentes de travail. La santé et la sécurité des travailleurs particulièrement des femmes doit être assuré Apporter la preuve que dans beaucoup d'états le problème du manque de médecins dans les régions rurales  est plus le résultat d'incompétence administrative et  d'une erreur politique que d'une question professionnelle. La création d'un groupe de médecins, d'infirmières et autres paramédicaux ayant été formés dans les soins de santé primaire, la santé publique et afin de travailler en équipes.

 

10.  L'accès sûr à la qualité assure des médicaments et des services de diagnostic essentiels dans tous les établissements de santé publique, gratuits. Cela pourrait être atteint en développant  un marché autonome et transparent et la demande axée sur  mécanismes de distribution (dans le même esprit que Tamil Nadu, Keral ans Rajasthan). Pour les maladies chroniques cela pourrait signifier d'assurer un tel accès toute l'année par un lieu de distribution le plus accessible pour les patients. La prescription des génériques doit être obligatoire dans tous les établissements de santé.

 

11.  La planification participative, la participation de la communauté, les système locaux de surveillance des services de Santé assurent l'obligation de rendre compte et la responsabilité des services. Les systèmes locaux de surveillance  et de planification seront généralisés  et seront un élément central de tous les programmes de santé publique et des services de soins de santé, afin d'aider  à la  distribution de services et assurera la transparence et la responsabilité.

 

12.  Éliminer la corruption dans le système de santé publique à travers des politiques transparentes d'engagement, de promotions, de transferts, de marché de biens et services et de développement de l'infrastructure – tout ce qui peut être légiféré par une loi sur la transparence. (comme à Tamil Nadu pour le marché et Karnataka pour les transferts). L'institution d'une procédure solide de réparation des préjudices qui sera  financée et gérée avec un certain degré d'autonomie du management.

 

13.  Suppression de l'exploitation par les hôpitaux privés et la protection des fournisseurs privés non commerciaux et éthiques: la loi nationale sur les essais  cliniques devrait avoir des dispositions visant: au respect des droits des patients dans tous  les centres cliniques ; la réglementation des tarifs des différents services; à l'élimination des pots de vin  pour les prescriptions, diagnostic et références, et à l'établissement d'une supervision gouvernementale indépendante des mécanismes  de réparation des préjudices pour les patients. Des normes devraient être conçues de manière à prévenir la privatisation des soins de santé. Ce qui permettrait  de promouvoir de  soins de santé éthiques et non pour le profit et  devraient limiter  les frais de  soins dans le secteur privé.

 

14.  Absorber, après une période  le financement actuel de l'assurance maladie (RSBY et les différents systèmes de caisses-maladie) dans  un système de santé élargi financé par la taxation. Tous les allocations disponibles sous ces systèmes seront disponibles à travers le système de santé publique, agrandi comme il convient, et doté de ressources adéquates. Cela doit inclure un système complet  de protection des soins de santé du secteur  organisé ou non-organisé  des travailleurs (fournissant les soins de santé primaire, secondaire et tertiaire), lié à l'expansion et au rajeunissement de l'EFI.

 

15.  L'élimination du rôle multilatéral et bilatéral des agences de financement de tous les domaines d'assistance technique ou dans une formulation d'une politique sanitaire. Élimination de l'influence des agences – telle que la banque mondiale, USAID et la fondation Gates, ainsi que les firmes de consultation  telles  Deloitte et McKinsey – priorités nationales non  formulées et approches d'offres et de financement des soins de santé. Construire une collaboration internationale pour les générations et partager les connaissances, particulièrement avec les autres pays développés. Exercer une pression au niveau  gouvernemental pour libérer l' OMS, l'UNICEF et autres agences des NU  de la dépendance du financement des entreprises. Examiner de façon critique l'offre de conseil et d'expertise de ces agences  qui en attendant continuent d'être influencés par le sociétés et fondations privées.

 

16.  Construire au niveau national et au niveau de l'état un niveau de capacité pour la recherche et le développement de la Santé: le gouvernement doit investir au moins 5% du budget public de la santé dans la recherche y compris la recherche de système de santé. Pour cela le gouvernement devrait développer des institutions et  renforcer les institutions existantes qui sont financées pour les fonds publics.

 

17.  Assurer l'accès aux médicaments et 'devices' essentiels et sûrs: contrôler les prix fondés sur les coûts des médicaments, prendre des mesures  afin d'assurer la sécurité des médicaments et des 'devices', bannir les médicaments irrationnels et les combinaisons irrationnelles, ouvrir le marché des génériques de façon adéquate, prendre des dispositions pour obliger les médecins de les prescrire, utiliser  des garanties de santé publique dans la loi indienne des brevets pour promouvoir l'accès aux médicaments et promouvoir activement les fabricants du pays pour  la plupart des médicaments et 'devices'.

 

18.  La réglementation des études cliniques et l'éthique dans la recherche biomédicale: Développer un cadre clair pour conduire de façon éthique les études cliniques en Inde, combiné à la réglementation de ceux qui sont impliqués – le sponsor des études, les CROs,  les comités d'éthique, etc. S'assurer que le CDSCO et que le ICMR monitorent les études cliniques aux sites cliniques et permettent que ces études ne soient réalisées seulement que dans les sites équipés et capables de traiter les urgences et les effets indésirables. Des normes d'indemnisation équitable pour les participants des études qui souffrent d'effets indésirables doivent être envisagées et implémentées. Une charte des droits des participants aux études cliniques devra être développée et être rendu justiciable.

 

19.   Assurer l'accès au traitement et aux soins des personnes ayant une maladie mentale (PWMI)  à travers l'intégration du programme révisé de santé mentale du district avec  la mission nationale de santé.  Les droits de PWMI doivent être protégés par l'adoption de la loi sur la santé mentale et ébaucher un plan d'action de la politique sur la santé mentale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Author/Source: 
News and Analysis: 
Type: